Historique « Les Verts de Meylan »

Le 3 septembre 2001, la trentaine de militants écologistes meylanais, adhérents ou sympathisants des Verts, s’est constituée en association intitulée « Les Verts de Meylan ». Coup d’œil sur notre histoire locale :

Nos « ancêtres » s’appelaient « Les Amis de Verts de Meylan »

C’est sous ce patronyme que les écologistes ont activement participé à la vie communale. Fondée en décembre 1988, l’association des « Amis des Verts de Meylan » définissait ainsi ses objectifs : protéger la nature et le cadre de vie à Meylan, agir dans tout le périmètre susceptible d’influer sur l’environnement meylanais pour garantir la qualité de la vie et y promouvoir l’écologie (extrait de l’article 2 des statuts). C’était avant que se tienne le fameux « Sommet de la terre » et la Conférence de Rio en juin 1992 à partir duquel s’est développé le concept politique du « développement durable » et de solidarité planétaire.

Au Cours de ces 10 années, un impressionnant bilan :
- La gazette des « Amis des Verts », 300 000 exemplaires distribués dans toutes les boites aux lettres en 10 ans ;
- Des conférences publiques sur les déplacements, les déchets, l’eau, la santé, la pollution…
- Une vente publique d’un millier de sacs coton à l’effigie de l’association pour combattre la gabegie des sacs plastiques ;
- Des actions collectives en justice, gagnées contre le carrefour du lycée, le terrain de jeux des Léchères, la pollution de la Chantourne ;
- Le soutien aux élus Verts, lorsqu’ils étaient bien seuls, dans l’opposition.

Hommage à ses fondateurs : Marie-Christine, Bernard, Daniel, Eliane, Pierre, Monique, Jean-François, Maritsou, Jean-Pierre, et aux innombrables rédacteurs appliqués et aux diffuseurs assidus de « la Gazette ».

Les élections locales ; échec en 89, succès en 95 !

Pour la première fois, une liste des « Verts de Meylan », conduite par Daniel Rouzier, avec le concours direct des « Amis des Verts » recueillait 16,01 % des suffrages aux élections municipales de mars 1989 et deux élus dans la minorité: Daniel Rouzier et Monique Gondrand, puis Maritsou Traynard et Pierre Garcin par tourniquet à mi-mandat. La liste « Meylan 89″ menée par le socialiste Bernard Soulage et issue pour une bonne part du « Groupe d’information et d’action municipale » des années j70-80, en recueillait 32,95 %, tandis que la droite libérale, à nouveau conduite par le Sénateur Guy Cabanel et son équipe – dont Marie-Christine Tardy, maire actuel – l’emportait au premier tour avec 148 voix d’écart. Il nous léguait en fin de mandat le Carrefour du lycée, cas d’école pour le gaspillage de fonds publics et le bétonnage des parcs de Maupertuis et du Charlaix. Allez voir, c’est si joli ! et des finances communales à sec à la fin de son mandat en 1995.

En 1995, une quasi coalition de « la gauche plurielle locale » l’emportait cette fois au second tour avec 18 voix d’avance ! et 5 élus des Amis des Verts dans la nouvelle majorité municipale : Marie-Hélène Estéoule-Exel, Michèle Bonneton, Marie-Odile Novelli, Bernard Smagghe, et René Majo remplacé à mi-mandat par Pierre Garcin. C’est la naissance du « groupe des élus Verts » au Conseil Municipal de Meylan.

Ecologie et citoyenneté poursuit l’action de proximité

L’association d’origine « Les Amis des Verts de Meylan », par décision de son assemblée générale en novembre 1999, s’appelle désormais « Ecologie et Citoyenneté », association de cadre de vie et d’éducation civique à l’environnement. Nouveau nom, même cap, mais plus orientée sur l’étude des problèmes écologiques. Monique Gondrand, présidente de l’association le précise clairement : « prendre en compte notre mode de vie, de production, de consommation et ses conséquences sur notre santé, sur la nature que nous empruntons aux générations futures… Agir en citoyens, dans notre cité, Meylan, mais aussi à l’échelle de l’agglomération grenobloise. Citoyens du monde, car les décisions, prises ou non, à Kyoto, Lomé ou Gènes ont des retombées sur notre vie de tous les jours ». Extraits de la Gazette de décembre 1999.

L’association « Ecologie et Citoyenneté » poursuit, à sa manière, un travail assidu d’éducation et d’information des citoyens meylanais et l’édition de « La Gazette » distribuée dans 8 000 boites aux lettres de notre commune. Un contrat avec « L’Agence de l’eau » de la Région Rhône-Alpes lui a donné les moyens d’agir avec l’accès à un emploi-jeune arrivé à son terme en septembre 2004.
Depuis 2006, Ecologie et Citoyenneté est « agréée » au titre du Ministère de l’Environnement pour exercer sa « vigilance écologique » sur les deux cantons de Meylan et de St-Ismier. Elle encourage ses adhérents à intervenir dans le cadre des enquêtes publiques, et utilise, le cas échéant, son droit statutaire à « ester en justice » auprès du Tribunal Administratif.

Les Verts de Meylan créent leur propre association

« Meylan en Verts et Avec Tous » : C’est sous ce nom que les Verts ont présenté une liste de 33 candidats pour les élections municipales de Mars 2001. Pour une ville plus verte, plus solidaire, plus citoyenne et plus durable : c’est la base du programme présenté sous la forme d’un document de réflexion distribué à tous les électeurs meylanais à l’ouverture de la campagne électorale. La liste obtient 13,28 % (9,65 % en 1995) des suffrages, celle de Jean-Xavier Boucherle (divers gauche) 36,14 % (38,66 % en 1995). Au second tour, promettant tout et son contraire, après une campagne très agressive, la liste de Marie-Christine Tardy, toutes droites confondues, l’emporte avec 104 voix d’écart. Réduits à deux – Marie-Hélène Estéoule-Exel et Michèle Bonneton – les élus Verts sont à nouveau dans l’opposition comme au temps de Guy Cabanel.

Pour l’élection cantonale, qui se déroulait aux mêmes dates, les Verts présentaient la candidature de Marie-Odile Novlli, adjointe au Maire. Elle aura le soutien d’acteurs locaux et d’élus divers gauche du canton. Avec plus de 23 % des voix au premier tour, elle arrive en tête des candidats de la gauche plurielle. Le candidat sortant, Guy Cabanel, récupère, sans honte, toutes les voix de l’extrême droite pour l’emporter avec 51,79 % des voix, tandis que les soutiens des socialistes et des communistes restaient bien aléatoires à l’égard de notre candidate. Hélas ! le canton reste à droite sans doute pour longtemps.
Après six années de mandat et une présence forte et active, de 1995 à 20001, des cinq élus Verts dans la majorité municipale, après cette période intensive des campagnes électorales, municipales et cantonales, nous avons décidé de mieux nous organiser pour être mieux entendus.
C’est ainsi qu’est née l’association « Les Verts de Meylan », poursuivant le combat écologique.

L’année 2004, une embellie électorale, avec la majorité au Conseil Régional

Un beau printemps pour les Verts, à Meylan – et dans tout le pays. Tandis que nos deux élues, Michèle Bonneton et Marie-Hélène Estéoule-Exel continuent d’assumer avec beaucoup de courage et d’assiduité dans l’opposition , leur mandat de conseillère municipale, c’est avec beaucoup de plaisir que nous avons « gagné » les élections régionales le 28 mars 2004. L’Isère compte 5 élus au Conseil Régional où siègent désormais 22 élus Verts qui forment avec les socialistes la nouvelle majorité régionale. Et pour confirmer cette embellie électorale, Olivier Bertrand était élu, ce même 28 mars 2004 au Conseil Général au titre du Canton 1 de Grenoble.
A Meylan, les électeurs accordaient 12,84 % de leurs voix à la liste Verte pour les élections régionales et 11,44 % pour la liste Verte des Elections européennes le 13 juin. On enregistre plus de 25 % de vote écologique au bureau des Béalières ! Marie-Odile Novelli devient vice-présidente du Conseil Régional, déléguée à la politique de la ville.

Mars 2008, élections municipales et cantonales : une déception

Le 9 mars 2008, au soir du premier tour, notre liste « Meylan en Vert et avec tous » conduite par Marie-Odile Novelli obtient près de 11 %. Nous espérions mieux ! Tandis qu’à elle seule, la liste de Madame Tardy, la maire sortante qui terminait son mandat dans les pires dissensions, approche la majorité absolue à 98 voix près ! Nous avions alors proposé l’alliance des trois autres listes pour le second tour. Nous étions les seuls à y croire ! Il fallait, comme en 1995, mobiliser les abstentionnistes. En vain !
Nous pouvions nous maintenir au second tour, « pour rester nous même ». Mais les plus nombreux d’entre nous, après un très long débat, ont choisi l’alliance avec la seule liste conduite par Philippe Vauquois.
Dans le programme de cette liste fusionnée, intitulée « Réveillons l’avenir avec la gauche et les écologistes », nous avons bien sûr maintenu notre opposition au projet de Rocade Nord et affirmé notre volonté de vouloir faire de Meylan une ville plus démocratique, solidaire, où l’économie est fondée sur le développement durable, et où les déplacements en modes doux, les énergie renouvelables ainsi que l’éducation à l’écologie seraient les bases de notre engagement.
A l’issue du second tour, la nouvelle opposition compte deux élus VERTS : Marie-Odile Novelli et Eric Cheminot.
Quant à l’élection cantonale, la candidate des Verts, Marie-Jeanne Grange, conseillère municipale à La Tronche, a atteint un résultat plus encourageant avec plus de 16 % sur tout le canton. Son score ne lui permettait cependant pas de se maintenir au second tour.

« Des vérités qui dérangent »

C’est l’éditorial de la LETTRE des Verts de Meylan n° 18, du mois de mai 2008. On dit aussi que « Les Verts sont contre tout », mais comme le dit Al Gore, il s’agit plutôt de « vérités qui dérangent ». Et comme l’écrit Marc Nouvellon, le nouveau Président de l’Association, les propositions alternatives ne manquent pas, mais elles sont cachées derrière les intérêts industriels ou économiques. Il n’est qu’à voir ce fameux grenelle de l’environnement qui a fait tant de bruit, mais petit à petit vidé de son contenu.
L’association va bientôt fêter ses sept bougies. Une nouvelle page est à écrire, en même temps que cette nouvelle mandature municipale, tandis que nous poursuivons notre double mission de promouvoir les idées pour un monde plus écologique et d’agir sur le plan politique en soutenant les élus écologistes du Conseil Municipal…
Afin que le développement durable ne soit pas qu’un bruit de fond…

Bernard Smagghe

Octobre 2008

Pour retrouver quelques repères de  l’historique des élections à Meylan, cliquez sur le lien suivant

Historique des élections à Meylan