PLUi & PLH : enjeu de la nature, des Trames Vertes et Bleues et des lieux de convivialité dans l’urbanisme Meylanais

Contribution de MO. NOVELLI , conseillère municipale de Meylan, Jeudi 22 JUIN 2017

I. Situation actuelle :

L’urbanisation amorcée ces dernières années, essentiellement dans le « Bas Meylan » ( incluant l’avenue de Verdun), est fortement contestée par les habitants. Densification, constructions au bord des grandes voiries à fleur de bitume, coupes sombres dans les haies arborées, et constructions sans commodités ( LCR, lieux de rencontres, espaces verts et jeux pour enfants…) dont les meylanais n’ont guère été privés dans le passé, marquent une régression à l’heure où il est question de renaturer les villes. La forme urbaine, l’architecture récente, banalisée, est la même quel que soit le quartier. La densité de certaines réalisations dans Inovallée, lieu de renouvellement urbain majeur, s’effectue à la parcelle sans plan d’ensemble, selon une densité par ailleurs supérieure aux  « prescription du SCOT ». Les tentatives d’amendements qualitatifs du PLU en 2012 et 2014 (par la minorité) étant restées vaines, le nombre de constructions prévus au SCOT et au PLH rend désormais « périlleux » la poursuite des objectifs engagés. Le PLU de 2012 en est essentiellement responsable, mais il convient de corriger ses aspects négatifs dans le PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal) en construction.

Ce qui est en cause, c’est tout simplement l’identité de la Ville. Au delà des caractéristiques de chaque quartier, l’identité de Meylan est forte-ment corrélée au respect du patrimoine naturel, arboré et culturel, ainsi qu’à l’existence de lieux de rencontre : l’existence de haies paysagères (avec des constructions en recul des grandes voiries), la présence de cheminements ouverts (traversant y compris les copropriétés), d’ espaces verts, et la proximité des équipements dans les quartiers permettent de se rencontrer en circulant à pied (vers l’école, la bibliothèque etc..). Tout ceci a disparu des constructions actuelles.

Certes, il faudrait aussi réduire la voilure en matière de constructions, s’en tenir au moins à la fourchette basse  du SCOT : 115 au lieu de 130 logements /an dont 68 sociaux(*) au lieu de 78 (en augmentant la part de logements privés conventionnés et d’acquisition).  Mais construire reste possible, à condition de ne pas sacrifier la qualité de ce patrimoine commun, pas au prix de ce que l’ensemble des UQ de quartiers de Meylan appellent un « dumping urbain ».

II. Les trames Vertes et Bleues à Meylan :
Le concept de TVB, précisé dans la loi issue du grenelle de l’environnement, a été développé par la France pour enrayer la perte de la biodiversité liée notamment au réchauffement climatique. Les trames vertes (haies arbres parcs…) et bleues (aquatiques) ont un  intérêt climatique, floristique et faunistique. Les trames  d’envergure régionale qui ont fait l’objet de  Schémas Régionaux de Cohérence Ecologique (SRCE) peuvent et doivent  être complétées par les trames vertes et bleues communales, dont l’intérêt est non seulement environnemental mais aussi paysager, de convivialité et de bien-être pour le « citoyen usager ».

Meylan :  des trames vertes et bleues assez remarquables, utiles à l’agglomération et à conforter.

Ville de près de 18 000 h, Meylan est caractérisée par un tissu urbain assez dense et pourtant doté de trames vertes et bleues remarquables, insuffisam-ment répertoriées. Ces trames sont notamment menacées par l’urbanisation de ces dernières années.  Pour autant, il reste possible de les conforter.

Ville Piémont du Parc de Chartreuse, Meylan, possède des trames Verticales Vertes et Bleues reliant le massif de la Charteuse à la plaine de l’Isere dans la vallées du grésivaudan, et susceptible de relier l’ ENS de la Taillat (Espace Naturel sensible) via la passerelle de l’Ile d’amour, et via le Chemin de Malacher (qui, moyennant quelques petits aménagements, constitue un corridor potentiel au dessus de la coupure de l’autoroute). Les TVB qui créent du lien malgré les coupures autoroutières existantes sont rares, et n’existent pas à ma connaissance dans l’agglomération ou à Inovallée Montbonnot. Elles constituent des passages possibles pour la faune, qui, en réduisant la consanguinité,  contribuent à favoriser la biodiversité. Les trames de Meylan  jouent donc un un rôle qui devrait pouvoir intéresser  la Métropole Grenobloise. (J’avais d’ailleurs fait des propositions lors de l’enquête publique du SRCE janvier 2014)..

A).Beaucoup de trames vertes et bleues sont aussi des cheminements piétons et cyclables structurants, multifonctionnels, à valeur d’usage élevée.   

⁃1.Pistes Cyclable et piétonnes traversant latéralement Meylan d’Est en Ouest:

- La piste reliant  l’avenue des 4 chemins et le chemin de Maupertuis jusqu’à l’Avenue de Verdun : cette piste (physiquement mais non réglementairement ) intégrée dans la Trame Verte et Bleue  avec béal  du  chemin des béalières,  longe le quartier des Bealières et les parcs Bruchets – Bâchais, traverse l’avenue du Taillefer pour rejoindre  le chemin de la Taillat et l’avenue du Vercors  puis traverse l’EBC de la crèche des buclos et, via un passage souterrain, rejoint la piste cyclable des buclos  (en face av.du Vercors). Piétons et cycles y cohabitent  correctement. Elle ne figure pourtant pas à ma connaissance dans les documents officiels d’urbanisme comme TVB, ce qu’il faut corriger.

⁃    Une deuxième piste cyclable et piétons (Trame  Verte arborée )  longe un peu plus bas l’avenue du Granier et rejoint l’avenue du Vercors d’une part, et le chemin de la Taillat d’autre part. Elle aussi à « classer » en TVB à préserver . Cette trame bien connue des cyclistes meylanais  contribue à la lutte contre le réchauffement climatique, et permet des constructions en recul des grandes voiries. A l’inverse, la « non inscription » au PLU 2012 de la Trame Verte qui existait de l’autre côté de l’avenue du Granier, a autorisé des constructions « à fleur de bitume »   avec des nuisances environnementales, alors que le rapport de présentation du PLU avait souligné  l’existence de  nuisances sonores et environnementales contre lesquelles lutter et auxquelles remédier .  A inscrire en TVB  donc pour le futur PLUi. [Attention, cette trame est menacée par des projets d’éventuelle extension de voirie].

⁃     La Piste cyclable richement arborée des Buclos (vers le Bd des alpes ) jusqu’à l’avenue de Verdun, est aussi à inscrire en Trame Verte et EBC. Zone de fraicheur irremplaçable en été, c’est aussi une zone tampon par rapport à l’autoroute et la rocade.

⁃    La piste piste cyclable longeant l’avenue de Verdun : une trame Verte à améliorer.  Cette piste bordée de rangées d’arbres a permis au delà de l’avenue du Vercors des constructions un peu plus éloignées de cette grande voirie.  Le PLU de 2012 a cependant autorisé la suppression des haies arborées, accentuant un mitage de la Trame Verte, qu’il faudrait aujourd’hui compléter.  De plus, sur l’avenue de Verdun en direction de La Tronche, la trame Verte se dissout et ne parvient pas à lutter contre la chaleur étouffante l’ été.. La piste piétons cycles en direction de Grenoble est plus malaisée, notamment pour les piétons.  Il faudrait recréer la Trame Verte manquante, d’autant que cet enjeu d’agglomération correspondant à l’esprit du PADD du PLUI (voir infra amendements déposés ).

 ⁃2. Pistes Cyclable et piétons traversant  « verticalement »  Meylan (Nord.Est /Sud Ouest):
⁃    A l’Est de Meylan : La piste cyclable longeant l’EBC [à sanctuariser ] allant de l’Avenue du Granier/Chamechaude à  Inovallée (bas: Orange Lab)
⁃    Au Centre de Meylan: Piste et chemin TVB partant du haut de la Taillat ( haut du parc du Bachais – vers le lycée) jusqu’à la piste des Buclos qui longe le bd des Alpes, et rejoint l’avenue de Verdun.
Les autres pistes ( rue des Ayguinards, avenue du Grésivaudan, école du Haut Meylan etc …) en milieu urbain plus ancien ne sont pas des TVB.

   ⁃    3. Les modes doux de déplacements, une pratique ancienne à confirmer :

⁃    Longtemps privilégiés par la Ville de Meylan, par le biais de nombreuses pistes cyclables et de cheminements piétons traversants (la « porosité des quartiers), ces modes doux  semblent être tomber en désuétude aujourd’hui.

⁃    Le principe de pistes dédiées aux déplacements doux, entre deux rangées d’arbres, à l’instar de ce qui s’est pratiqué le long de  l’avenue du Vercors et du Granier, doit être remis en vigueur côté sud de ces mêmes voiries alors qu’il n’existe aucune continuité piétonne sécurisée en bordure d’inovallée, et autant que possible dans toutes les opérations de renouvellement urbain y compris du coeur de Ville. Il importe de réserver des emplacements à cette fin.
⁃    - Il faut aussi   mentionner la « grande Traverse », cheminement patrimonial écologique et culturel. Celle ci -qui n’est certes qu’en partie une TVB- relie des trames vertes entre elles (ex parcs Maupertuis et coulée verte des Béalières, parcs Bruchet -Bachais, jardins de Chaumetière, Serve, Mare/parc des cerisiers… ).Cette trame est inégale et peut être améliorée ( ex : entre Le 1er quartier des bealière et le second, on pourrait la faire longer les haies et arbres au lieu de la faire traverser le parking…).
⁃    Développer davantage les zones de co-voiturage  et d’auto-partage, notamment dans le sud ( Inovallée) qui n’a prévu aucune zone.

⁃    Pour encourager les déplacements à pied : écoles et crèches doivent être des équipements de proximité. Le projet de regroupement des crèches, la politique scolaire (pas d’affectation de  proximité)  privilégie l’automobile.
- Les arrêts de bus : pour être incitatifs en été, ou par temps de pollution, ne devraient pas être des fournaises sans verdure. On pourrait planter quelques arbres à proximité !

B)  Les TVB, Chemins, parcs,  de l’Est de Meylan :

le plus grand potentiel de TVB structurante se situe à l’Est de Meylan. C’est aussi au Sud-Est que le renouvellement urbain s’est effectué -s’effectue, hélas- avec le moins de précaution, de prise en compte, de la richesse existante. Il est urgent de confirmer réglementairement  le statut des TVB (rau, Beal, bois, haies arborées, étangs), des cheminements piétons, et  d’améliorer les espaces de convivialité et les aménités de la zone.

▪    Pour mémoire,  le torrent du Gamond limitrophe a une bonne connection latérale  quoiqu’incomplète sur la commune voisine, mais se perd malheureusement dans le bas de Montbonnot.

▪     Le torrent de Jaillère est comme son nom l’indique une trame bleue ; c’est aussi une trame verte  débouchant sur le magnifique parc des étangs (Maupertuis); il s’effiloche ensuite chemin de Maupertuis, mais, fort heureusement, est connecté latéralement à des espaces boisées et naturels à classer en EBC :
▪    Cette connection s’effectue avec l’ espace boisé des bealières au nord de la « coulée verte *», via l’ EBC de Saint Murry, et au sud de coulée verte (via « la grande traverse » qui passe par le parc des étangs, puis le chemin piéton bordé d’arbres longeant le passage de la teille). Cette connection latérale avec l’espace boisé ne figure pas dans le PLU 2014  et devra figurer dans le PLUI sous forme de Trame Verte  officielle.

    ▪    TVB verticales :  le parc des étangs est bordé par deux torrents ( ou « rau ») : Jaillères (vers le Charlaix), et l’hermitage (côté Béalières). Ce dernier longe tout l’Est du quartier, et  rejoint Le grand espace Boisé en bas de Meylan, à proximité d’orange Lab. Sa fonction essentielle d’ EBC doit être sanctuarisée au PLUI

▪    La « coulée verte »   riche de deux béals fortement boisés se prolonge  jusqu’en bas de béalières et culmine à proximité de l’école..  Elle rejoint deux autres trames Vertes d’Inovallée, de l’autre côté de l’avenue du Granier: Malacher, et le chemin qui longe M4.

▪    La TVB le long du béal chemin de Bérivière jusqu’au chemin de Malacher : cette trame verte est à renforcer et aménager chemin de Malacher et aux abord de la place des tuileaux.

- C) Au Sud de l’avenue du Granier dans Inovallée :

✓    Enjeux: renaturer la ville et le quartier en renouvellement urbain, via une OAP et la mobilisation du DPUr métropolitain (voir amendements)-
Inovallée, anciennement ZIRST, était connue pour la qualité de ses espaces verts arborés. Une bonne partie de cette trame, en face des bealières, a été détruite par l’abattage des arbres le long de l’avenue du Granier, et les espaces de pleine terre réduits comme peau de chagrin, compte tenu du PLU 2012.
✓    Il convient de remédier à la destruction de la trame en remplaçant les arbres détruits, de remettre un coefficient de pleine terre « décent », d’exiger dans les futures constructions l’existence de chemins traversants ( via des ER ou servitudes de passage)  et de sanctuariser en EBC (ou ER) les trame vertes  et  bleues ( beal).

 TVB (en partant d’Est en Ouest) :

▪    l’espace boisé qui longe M4 et débouche en face du parking boisé de l’ecole des béalières (EBC) doit être « sanctuarisé», et le début de la trame verte côté Granier, mise à mal par les travaux urbains, doit être reconstituée.
▪    Il en est de même pour le chemin de terre qui longe M4 (et sa trame V.) depuis le Chemin du Vieux chêne jusqu’à l’avenue du Granier .

▪    Le grand parking de M4, inoccupé, est riche de haies arborées boisées à conserver. Il faudrait rendre de la porosité au sol .

▪     Les trames V & B du parking « Aries » et jouxtant le nord du parking M4 sont de rares espaces de valeur restant, à conserver absolument.   Cet espace de jonction est  traversé de deux « beal » bordées de bois qu’accompagnent des chemins de terre.
▪    La trame verte avenue de Chamechaude,qui longe l’ EBC Orange Lab. (La trame verte Hermitage/EBC  d’« orange lab » rejoint dans le sud d’inovallée en bordure d’(auto)route les TVB continues à enjeu écologique ( voir rapport PLU 2012) — rappel: cet EBC contribue à relier la montagne Chartrousienne à la plaine de l’Isère).

▪    Classer  la « trame boisée »  latérale et ombragée l’été reliant le chemin des Près au chemin des Presles (appliquer au projet Semcoda)

▪    Renforcer  et restaurer la trame  Verte Ch. de Malacher ( Nord) mise à mal par les constructions actuelles.

▪    Pour mémoire, le chemin de Malacher, bord » d’herbe à certains endroits,  relie la plaine et l’ ENS de la Taillat en passant au dessus des grandes voiries autoroutières, et pourrait être mieux aménagé en TBV pour le passage de petite faune.

▪    Sanctuariser la trame Verte et le chemin de terre au départ des logements tempologis (derrière)  qui longe Sames Kremlin et Altair pour déboucher non loin d’Inovia, et ses services ( Polemploi). Il peut aussi être connecté au chemin de terre qui longe M4. et remonte vers l’ avenue du  Granier. Ce chemin peut d’autre part  être relié au chemin des séterées du dessous, au delà de l’avenue du taillefer,via le chemin des Presles. Matérialiser cette jonction  piétonne sur le sol. Voir carte.

    ✓     Il convient de favoriser les modes doux de déplacements,  de rencontres et les espaces de convivialité : en effet, le renouvellement urbain n’a pas prévu de lieux de convivialité, peu ou pas de cheminements sécurisés pour les piétons, ni de modes doux de déplacement.

    ▪    Amenager via un ER (emplacement réservé) ou en actionnant le DPUr métropolitain, un espace vert de jeux pour enfants car aucune construction de cette ordre n’a été pensée dans les opérations de Renouvellement urbain d’inovallée (voir carte1).

▪    Aménager un autre ER à l’opposé (Sud Ouest ) vers les Tempologis (qui ne sont pas non plus équipés) pour les mêmes objectifs et mêmes raisons.  L’intérêt est que cet emplacement pourrait aussi servir aussi aux habitants de l’immeuble l’Odyssée et des constructions à l’Ouest  du ch. du  VIEUX CHÈNE..

▪    De même, le long de la partie Nord de M4, existent des chemins de terre pratiqués par les habitants, auxquels il faut donner un statut de chemin piéton. Dans la partie sud de M4,  un chemin de terre, longeant le RIE, relie Inovia au chemin de M4  (voir carte).

▪    Sécuriser les cheminements piétons : un enjeu important dans une commune où la circulation augmente, et où les places de parking  insuffisantes pour les nouvelles constructions créent des conflits entre résidents et salariés d’Inovallée.

▪    A cette fin il convient d’améliorer l’accès au bus, de créer des trottoirs  ou pistes, de créer des stations de co-voiturage via un ER ( emplacement réservé, DPUr..).
▪    Une partie du parking de M4 pourrait sans doute constituer un parking relais.

▪    Créer une piste ombragée pour les piétons le long de l’avenue du Granier, côté Inovallée, depuis l ‘Avenue du Taillefer jusqu’à celle de Chamechaude. Cette piste pourrait être interne aux parkings ( vers Société Générale, Meylan Fitness…) sans supprimer spécialement de places parkings.

▪    Sécuriser la traversée du Granier  d’Inovallée à l’école des Béalières,

▪    Sécuriser les descentes de bus par une signalétique et un trajet adapté

▪    Sanctuariser (ER) et rendre plus accessible le cheminement étroit qui longe  les 136 logements en  construction  (Domaine d’Aspré) et jouxte  Dolphin Integration : ce cheminement (qui se termine par un escalier
▪    De même pour le Chemin descendant depuis l’avenue du Granier ( en face de la rue des Tisserands) le long de Meylan Fitness jusqu’au chemin des prèsles via un chemin de terre .

▪    Améliorer les cheminement piétons cycles Ch. de Malacher, ch. des sources, chemin de Bérivière, ch. des sétérées…

▪    Rappel: sanctuariser  le chemin de terre au départ des logements tempologis (derrière)  qui longe Sames Kremlin et Altair pour déboucher non loin d’Inovia et peut aussi être connecté au chemin de terre qui longe M4 et peut d’autre part  être relié au chemin des séterées du dessous, au delà de l’avenue du taillefer.  C’est le seul cheminement transversal (existant) dans une zone dont le renouvellement  urbain a fait l’impasse sur les connexions modes doux.

▪    Par un ER ou une servitude de passage, créer un passage entre le chemin Pré Carré et le chemin des sétérees du dessous.

    D)  TVB de part et d’autre de l’avenue du Taillefer :

▪     « Sanctuariser» le chemin des Sétérées du Dessous, stratégique car il relie deux « quartiers » au delà de la coupure urbaine majeure que constitue l’avenue du Taillefer :
▪    en effet, c’est une TVB, et qui, depuis l’avenue du Taillefer, d’un côté traverse le chemin de la taillât puis le chemin des Presles  en direction des Eyminées , et  de l’autre côté, comme on l’a vu, longe Altair et le parking de  Sames kremlin jusqu’à INovia  et pole Emploi (non loin d’ M4).
▪    Créer un trottoire le long de l’avenue du Taillefer.

    E) Dans le  Coeur de Ville :

▪    Des jardins  et espaces naturels  qui font le lien …
Dévolus aux activités collectives, les Espaces naturels présents de longue date  font le lien entre le haut et le bas de l’avenue de Verdun, et entre le parc du Bachais et le terrain de la  fac de pharmacie. Pour autant, ces espaces naturels ont aussi une valeur environnementales car ils présentent  belle continuité écologique, qu’il s’agisse de la   Serve, ou  des  jardins familiaux  (de Chaumetiere dans l’angle du bâchais, ou dans le terrain Sud de la fac de pharmacie). Ils représentent  surtout le poumon du coeur de ville où sont engagées depuis quelques années et dans les prochaines années près d’un millier de logements, sans espaces verts ni jeux pour enfants.
Il est essentiel :

▪    de maintenir ces espaces naturels : Serve, Jardins de Chaumetieres et partie Sud du terrain de la fac de pharmacie non constructibles  au PLUi
▪    de placer également un ER ( emplacement réservé) sur le bord du terrain Sud de la fac de Pharmacie, afin que les centaines de résidents des Sources,  puissent enfin avoir des espaces de détente, et de s’assurer de l’existence de chemins piétons lisibles reliant les Sources au terrain de la Fac.

▪    Si les nouveaux habitants peuvent enfin bénéficier de lieux de détente, alors les co-propriétaires des quartiers Buclos- Grand Pré de l’autre côté de l’avenue du Vercors auront moins de raison de vouloir fermer les accès à leurs espaces collectifs . Le PLUi devrait noter l’exigence  d’ouverture et au moins de servitude de passage.

▪    Le Terrain Nord de la fac de Pharmacie destiné à la construction de Logements devra être conçu comme un écoquartier, intégrant l’avenue de Verdun et évidement respecter la trame non constructible évoquée ( lien Serve/jardin du Bachais/Chaumetiere)

▪    Je ne reviens pas sur l’existence déjà évoquée des cheminements piétons  et des pistes cyclables  TVB  à « sanctuariser », ni sur l’ EBC de la crèche des Buclos, à augmenter.

▪    Une mention pour le rôle de proximité que joue la crèche des buclos dont le regroupement envisagé en  un site unique ( avec les crèches béalières) dans l’ex – école des buclos, en zone inondable, est  contreproductif pour la recherche de déplacements doux (et de sécurité).

▪    Les enjeux  écologiques du site de PLM, de la TVB incluant la mare des cerisiers au dessus de l’avenue de Verdun,  ont été largement évoqués dans la concertation métropolitaine, il convient bien évidemment de les faire figurer au PLUi !
▪    Créer un cheminement doux piétons cycles à l’interieur de PLM sur toute la longueur en recréant une trame verte interne cette fois ci.

▪    On peut y rajouter la continuité Verte offerte par la « grande traverse ( chemin des acacias), ainsi que le parc des saules et le bois des Eygalas à Corenc.

▪    Enfin, l’espace naturel et les jardins sur le terrain de l’ex piscine des Ayguinards doivent être sanctuarisés.

F) A L’ouest de Meylan et dans le haut Meylan : valoriser les espaces Verts et patrimoniaux  et  reboiser…  

▪     L’avenue de Verdun représente une coupure et des nuisances. Comme le propose le PADD, il convient de le reboiser . Notamment en bordure du  bâtiment de la société générale (destiné à la vente) .

▪    La trame verte et patrimoniale constituée du parc de la Carronnerie , du Centre Théologique, du parc des  Léchères, en face de l’ Ile d’amour,   est remarquable. Cet espace naturel, auquel on pourrait ajouter les parcs de Doyen Gosse à la Tronche et le musée Hébert, forment un patrimoine naturel, paysager et culturel remarquable  à valoriser davantage, et à « sanctuariser » dans le PLUi !

▪    Il en va de même de l’espace Vert de Rochasson et du magnifique Clos des capucins, incluant les jardins familiaux.

Pour conclure brièvement sur les enjeux que représente l’inscription de la nature dans le future PLUi :

Meylan a – me semble- t – il jusqu’ici manqué d’ambition dans le repérage et l’inscription des espaces à enjeux écologiques. Les trames Vertes et bleues sont insuffisamment prise en compte, elles incluent rarement les parcs et jardins familiaux, oublient les pistes cyclables, les cheminements piétons, les beals, ne font pas le lien avec l’ENS et la Taillât ou l’Ile d’amour et l’Isère,  etc…Il convient d’abord des les repérer de façon exhaustives, puis de les inscrire clairement comme non constructibles dans le PLUi. (N, EBC, ER…). Il s’agit ensuite de remédier aux destructions, oublis ( INOVALLEE) et aux erreurs (constructions au bord de voiries bruyantes ex bas de l’av. Taillefer).

La commune et la Métro devraient se doter d’outils simples mais ambitieux afin de répondre aux enjeux de la ville de demain et se mettre en conformité avec le PADD du PLUI *: OAP pour structurer la Ville durable, en n’oubliant aucune compostante  du développement durable: TVB, modes doux de déplacements, ENR, Parcs de co-voiturage,  cheminements et équipements de proximité et, en mobilisant les outils existants ( ER, Servitudes, DPUr sur Inovallée… ). Alors, en s’appuyant sur la concertation avec les habitants, La ville pourra recommencer à envisager la réalisation « d’éco-quartiers »

____________________________________________________________________

ANNEXES :
carteniovmo  ch.seteres-M4
1. Carte (artisanales)  résumant les enjeux d’Inovallée

2. Images d’ER possibles  et apercu  de la TVB ch.M4

3.  Remarques (extraits) et amendements  au Document du PADD du PLUi :
déposés au CM du 14.11.16

4. Carte des fonctionnalités écologiques (rapport de représentation du PLU 2012- Meylan

5. Carte de Bruit (rapport de représentation du PLU 2012- Meylan
1. Carte « artisanale » résumant certains enjeux d’inovallée:

* A noter: Le Chemin reliant les stérée au  chemin longeant M4 comporte une erreur:
il devrait passer un peu plus bas , juste avant le restaurant RIE  O chêne !
Tracé reliant les Sétérées  au chemin M4, corrigé  :

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

EXEMPLES D’ EMPLACEMENTS RESERVÉS UTILES ET POSSIBLES

(photo A et B ci dessous)

 

 

ER1
A.Cheminement d’usage reliant le chemin des prêles     à l’avenue du Granier en longeant le domaine d’Aspré:      pour rejoindre le  trottoir  (arret bus).
(Mettre un Er ou une servitude de passage).

B.Meylan Fitness: cheminement à améliorer.

________________________________________________________________________

Evolution de l’urbanisme Meylanais evolUrab

        
AVANT                                                                  APRES
_________________________________________________________________

Document du PADD du PLUi :
remarques (extraits) et amendements déposés au CM du 14.11.16
que j’ai soutenus au nom des élus AIMeylan, et qui sont parvenus  à  Grenoble Alpes Métropole.

I. Remarques générales :  

Il est important que le futur  PLUi

1.comporte des préconisations qualitatives : pas d’urbanisation au coup par coup sans vison d’ensemble, surtout lorsque les constructions sont massives – et (peut être via le règlement du PLUI, mais il serait sans doute utile que le PADD en acte le principe).

2.Veille à ce que puisse être exigées l’ouverture de pistes cyclables, de chemins piétons et d’espaces verts communs, lorsqu’ils n’existent pas, et particulièrement pour Meylan dans les zones UBb, UBc, UBe ,UBf, UBg, ( cf un amendement au règlement que j’ai proposé lors de la modification du PLU en 2014, au Conseil M et dans l’enquête publique, non retenu).

3.Ait un regard « éclairé » sur certains projets en cours, fragile juridiquement et qui font l’objet de contestations  toujours dans le périmètre situé entre l’autoroute A 41 et l’avenue de Verdun, traversés par deux autres voiries structurantes: l’ avenue du Vercors – Granier et l’avenue du Taillefer) Il s’agit de :
- la vente de la parcelle (communale) de la crèche des buclos avenue du Vercors, et la suppression des mini-crèches des bealières, – le projet de méga – crèche ( 90 bambins) dans l’école des Buclos, en zone inondable, malgré l’avis très réservé des services de l’ Etat, a obtenu sur le fil un accord du précédent préfet, mais est contraire à un développement durable de proximité. .

4. Définisse les Zones non constructibles à sanctuariser :
Pour la population il est clair que – Le terrain de l’ex piscine des AYGuinards, futur parc actuellement en zone constructible, doit devenir non constructible au PLUI. Le terrain sud de la faculté de pharmacie, espace naturel non constructible, doit le rester. La parcelle boisée de la crèche des Buclos: revenir au classement EBC antérieur. [La serve et les jardins de Chau-metiere doivent être également confirmés comme non constructibles au PLUi ( ajouté le 6/6/7).

Remarques concernant la partie Habitat

III. Habitat, politique de la ville & cohésion sociale – pour une métropole solidaire/

III.a) Habitat
L’habitat est un enjeu important et complexe qui ne se réduit pas au logement. C’est pourquoi ce chapitre du PADD mérite quelques précautions et compléments. La métropole doit conjuguer différents enjeux potentiellement contradictoires : accroitre l’offre de logements accessibles à tous et diversifiée, innovante pour correspondre aux besoins des populations, lutter contre le déclin démographique des villes (Meylan était concerné), mais aussi économiser et l’espace et favoriser la qualité de vie des habitants. (…) Cette ambition qui cumule des objectifs potentiellement contradictoires nécessite un haut niveau d’exigence et de vigilance.
La Métropole doit donc s’engager à veiller – parfois plus que les communes ne l’ont fait  – à la qualité de vie, et à prendre à son compte dans chaque opération importante de construction de logement, différents enjeux (évoqués dans d’autres chapitres ) tels que : La  « volonté de favoriser l’implantation des fonctions de proximité” pour que l’habitat soit viable et de qualité «(telles que commerces, écoles, crèches…”(cf p 25 du PADD et p 4 de l’annexe de la délibération centralité de proximité), et « la volonté de faciliter les déplacements à pied ou à vélo au sein de ces centralités ».

Remarques concernent la partie Environnement & Cadre de Vie

IV.Environnement & Cadre de Vie – pour une métropole durable et agréable à vivre

[nota : fait reference à l’esprit de l’ article L212-1 alinea 3 du code de l’urbanisme : Il s’agit de prendre en compte dans les orientations d’urbanisme l’anticipation et l’adaptation au réchauffement climatique sous ses aspects energétiques : lutte contre les GES, rafraichissement via la végétalisation, faunistiques (y compris moustiques), floristiques et de biodiversité, paysager, mais aussi de lutter contre les pollutions ( y compris liée aux déchets)./

IV. a  – p. 72 concernant les déchets, il est proposé la mise en place de bacs de compost : il ne faudrait pas le limiter aux logements neufs. A noter : l’ enjeu est aussi de moins brûler de déchets et de les réduire, de ne pas aller en chercher trop loin, et d’augmenter la part de combustibles renouvelables dans le chauffage urbain.
Le réchauffement climatique a une influence sur l’évolution des moustiques : les prendre en compte dans l’aménagement des espaces (entretien des espaces verts, curage cours d’eau….) et la construction d’immeubles (pb des toits terrasses, terrasses sur plots….).

IV.b- p 75-78 Inclure la nature dans la ville
- Si le paysage et les trames vertes et bleues figurent dans le PADD comme des richesses à préserver et conforter, il est à noter que les habitants de Meylan tirent un bilan très négatif des opérations urbanistiques en cours qui ont mis à mal les haies et les alignements d’arbres. Le déclassement d’arbres et d’EBC, le refus de construire en retrait des voiries ont réduit la proportion de nature et d’ arbres en ville à Meylan, avenues de Verdun, des Sept Laux, du Granier, du Taillefer, et du vieux chène. Il est important de corriger ce qui peut l’être encore sur Malacher nord et dans INOVALLEE, de requalifier les ex-trames vertes locales, et de favoriser également les cheminements piétons cycle et les espaces verts de rencontre, proposition rejetée par l’executif à l’époque. Ces deux objectifs correspondent du reste aux objectifs du PADD de la Métro, ( page 74 et 75./ – Trame vertes et bleues :
Le PADD propose de » renforcer les continuités entre les différents composants de la trame : Cette trame s’appuiera sur les parcs, jardins, arbres d’alignement, végétalisation des voiries »… Cet objectif que nous partageons permettrait de mailler ou completer les trames existantes ds les quartiers et qui sont nombreuses à Meylan. Certains unions de quartier ont d’ailleurs travaillé sur la question.

- Une mention particulière pour le lac de la Taillat et sa plaine agricole : /
Le lac, espace naturel sensible de qualité pourrait être mieux raccordé à la ville par des cheminements doux et des continuités vertes , et la biodiversité pourrait être renforcée dans la plaine agricole qui le borde : ce n’est pas incompatible.**

IV.c.- Limiter l’exposition des populations aux nuisances pour préserver la santé :
-(p79).En matière d’urbanisme, il s’agit surtout d’éloigner suffisamment les constructions habitées des sources de nuisances : routes et autoroutes, incinérateurs, lignes à hautes tensions …pour réduire l’exposition au bruit, aux pollutions de l’air…ET de mettre en place des compensations pour les constructions existantes.

A Meylan, récemment , les constructions dans INOVALLEE ont dépassé les limites (en vigueur dans le passé) qui éloignaient les habitations des nuisances routières : ainsi, les programmes le long des carrefour de circulation , avenue du taillefer/ Granier ou Taillefer Vieux chène tels que l’Oodyssée subissent une exposition aux nuisances inédite. Il conviendrait de mettre en place des compensations.

-Ne l’oublions pas, en dehors de murs anti- bruit, la qualité de l’air béneficie d’un allié précieux : l’arbre. Les arbres contribuent à la dépollution de l’air : non seulement du C02, mais aussi d’autres polluants typiques des atmosphères urbaines comme les particules de métaux lourds, les suies issues de combustions, les poussières issues d’activités industrielle, ou les polluants gazeux. Ces polluants, mélangés au C02, entrent dans l’épaisseur des tissus de la feuille, et sont stockés durablement dans la matière de l’arbre. Les arbres, à condition d’enchoir les espèces, remplissent de multiples fonctions: paysagères, rafraichissantes, dépolluantes…
Pour réduire l’exposition aux risques dans Les zones d’habitations trop proches des sources de nuisances il conviendrait de :
- Requalifier et réarborer les voiries structurantes polluées desservant à la fois des zones économiques importantes et des habitations nombreuses ( ex Taillefer Granier-Vercors-Verdun à Meylan). Le PADD prévoit de requalifier Verdun mais oublie Taillefer (accès à la rocade) et Granier –Vercors (liaison Verdun-Taillefer)./
- Ne pas construire à proximité du Carrefour de la carronnerie, au débouche de l’autoroute, de la rocade, et de l’avenue de Verdun, ni à proximité de l’incinérateur. Ne pas y placer de terrain de sport d’extérieur.

 Proposition d’amendements du Groupe AIMeylan le 14/11/2016/
Avant de proposer ces amendements à la délibération, nous avons deux points de la note de synthèse de  la délibération qu’il faudrait compléter.

- P7 Dernier paragraphe, après « Favoriser l’installation de nouveaux habitants : cela passe par un le developpement de parc de logement , tant du point de vue quantitatif que qualitatif, répondant aux besoins de tous les habitants sur le territoire »,
Rajouter : En veillant à la présence de fonctions et services de proximité dans les nouveaux quartiers ainsi qu’aux axes de circulation piétons-cycles.
[NDLR Explication : en effet, l’urbanisation de Meylan, qui est rendue possible par le PLU de 2012, est massive : + 2000 logements prévus pour une ville d’à peine 18 000 habitants, qui dans l’avenir devrait donc gagner 4 à 5000 habitants. Or, elle s’effectue sans vision d’ensemble, à la parcelle, sans tenir compte des besoins en services, notamment en crèches et écoles et au rebours des pratiques antérieures qui ménageaient le cadre de vie (espaces Verts communs, construction en retrait des voiries). Ce qui concerne Meylan vaut pour toute urbanisation importante, voir massive, telle qu’ici (Renouvellement urbain par mutation de zone économique).

-P7 – 4ème paragraphe concernant les 10 quartiers de la politique de la Ville : après il s’agira….« et d’y ameliorer le cadre de vie des habitants », rajouter « ainsi que l’offre de locaux économiques diversifiés ».
Exposé des motifs: dans ces quartiers la densité d’activité marchande est au moins deux fois inférieure à celle des unités urbaines, sans parler de l’artisanat, il est donc opportun que le PADD prévoit l’implantation (ou l’offre) de locaux économiques diversifiés : pépinières d’entreprises, activité tertiaires et activités productives, artisanat, ainsi que l’éligibilité de l’artisanat aux exonérations ou réductions de TFPB, et le décloisonnement de la distinction « locaux à usage habitation/ locaux à usage commercial ». L’économie est un enjeu prioritaire de la la « Loi Lamy » sur la Politique de la Ville.

V.b.) Nous avons listé un ensemble de points qu’il faudrait rajouter au sein du PADD.

Nous demandons donc que figurent ces points sous forme d’un amendement à notre délibération.
p. 26 : requalification urbaine de l’avenue de Verdun… et des avenues Vercors-Granier.
p. 40 : conforter l’offre d’espaces dédiés (…) dans le cœur métropolitain, ouvert aux habitants en soirée et le week-end avec un dispositif d’accompagnement à définir pour lutter contre la fracture numérique.
// p. 48 : § A_conforter les espaces agricoles stratégiques de plaine et de coteau
Exposé des motifs :/Entre 2005 et 2015, les espaces agricoles ont diminué de 567 hectares tandis que les espaces urbanisé ont augmenté de 465 hectares. Afin d’enrayer cette déprise, la Métro met en place des outils de reprise, dont des espaces agricoles intercommunaux, des fermes communales , comme à Montbonnot.
Amendement : rajouter dans les outils opérationnels cités : la création de zones agricoles intercommunales permettant intervention directe de la Métro.
- p. 48 : chapitre « conforter les activités agricoles et sylvicoles ». Rajouter un paragarphe F Conforter la biodiversité dans ces espaces agricoles (dont la boucle de la Taillat) et sylvicoles./
-p. 57 : rajouter sur le schéma une liaison Grenoble-Grésivaudan circulant sur la RD1090
- p. 58 : dans le § E_Atténuer les coupures urbaines ; rajouter la phrase : Il faudra veiller à réintroduire la nature sur les voiries structurantes// P 63 du PADD, colonne de gauche , 2eme paragraphe : Après « amélioration de la qualité de vie globale en milieu urbain » :
rajouter: Celle ci implique que l’on veille à l’existence de fonctions et services de proximité nécessaires au bon fonctionnement des nouveaux quartiers ainsi qu’aux axes de circulation piétons-cycles.
- p 79 : dans le § le long des axes urbains historiques.(..) :
Exposé des motifs :  Certaines voiries “non historiques” sont exposées à de multiples nuisances aux heures de pointe, parce qu’elles sont proches de voies rapides et/ou desservent de nombreuses entreprises et habitations. Pour réduire l’exposition aux risques dans les zones d’habitations trop proches des sources de nuisances le PADD prévoit de requalifier les voiries. Ainsi, il prévoit de requalifier l’avenue de Verdun : ( ex Taillefer Granier-Vercors-Verdun à Meylan). Mais oublie l’avenue du Taillefer qui est pourtant l’accès à la rocade , et les avenue Granier – Vercors qui relient Verdun à l’avenue du Taillefer)./
Les arbres contribuent à la dépollution de l’air : non seulement du C02, mais aussi d’autres polluants typiques des atmosphères urbaines comme les particules de métaux lourds, les suies issues de combustions, les poussières issues d’activités industrielle, ou les polluants gazeux . Ces polluants, mélangés au C02, entrent ds l’épaisseur des tissus de la feuille, et sont stockés durablement dans la matière de l’arbre.
Rajouter à la phrase« le long des axes historiques (…) la phrase : Requalifier les voiries structurantes proches des voies rapides et/ou desservant de nombreuses entrerprises et ou habitations, par l’implantations d’arbres aptes à améliorer l’insertion paysagères et à dépolluer l’air. //
- p. 79 : Qualité de l’air lié au chauffage urbain/ Après “privilégier des modes de chauffage performants et à faible émissions de particules fines”, Rajouter : réduire le volume de combustion des déchets urbains et augmenter le volume d’energie renouvelable et peu polluante.//

___________________________________________________________________________________________________________________________

Carte 2 : continuités écologiques -rapport de présentation du PLU 2012 et 2014 -
⁃    

Les commentaires sont fermés.